Prise de perfs pour les pistards : quand le manque de compet’ monte à la tête

Prise de perfs pour les pistards : quand le manque de compet’ monte à la tête

Côté piste comme ailleurs, une nouvelle saison blanche est à craindre…. La déception de voir les compétitions annulées et le calendrier estival toujours repoussé a rapidement fait place à l’envie de monter un petit évènement interne avec prise de performances. Après un hiver studieux pour beaucoup de combinards, sprinteurs et « demi-fondus » toujours fidèles à l’entrainement, il était nécessaire de mesurer l’état de forme.

C’est le dernier weekend de mars qu’ont pu être organisés deux jours d’entrainements contrôlés dans le respect des mesures sanitaires en vigueur. Une immense satisfaction, tant au niveau des performances obtenues que de la météo exceptionnelle, et un coup de boost bienvenu pour le moral à la veille de l’annonce de nouvelles restrictions pour le mois d’avril.

Deux jours rythmés par les épreuves combinées

Le samedi, le groupe d’Epreuves Combinées a ouvert le bal. Samuel Jeanne endosse alors le triple rôle qu’il préfère : organisateur, coach et athlète. Au programme pour son petit groupe de Cadets à Masters, d’abord la longueur, puis le poids, la hauteur, le javelot et enfin sprint long (180m F et 300m H).

Pour ne pas multiplier la présence de personnes sur le stade, chacun a mis la main à la pâte : tantôt athlète, tantôt juge. Le tout dans la joie et la bonne humeur, en témoignent les photos de la pause pique-nique, prétexte à quelques épreuves non-officielles « pour digérer », justifieront les acrobates.

A l’issue de cette première journée, les sourires en disent long : aucun « zéro », aucune blessure. Et malgré la fatigue, l’envie furieuse de revenir dès le lendemain matin pour en découdre à nouveau. « Trop hâte d’être à demain, confie Eugénie Baffou, cadette première année. Allez, au dodo, ça va encore être une grosse journée! »

Un dimanche bien rempli

Le dimanche matin, après une nuit tronquée par le passage à l’heure d’été, les jambes sont un peu lourdes mais les coeurs légers, surtout après le 60m haies tant redouté ! Quelques bleus mais pas de chute, les entrainements ont payé.

Pour clôturer leur « ennéathlon » sous un soleil radieux, les combinards doivent encore disputer les concours de disque et de perche, en musique s’il vous plait. En effet, le coach a poussé le souci du détail jusqu’à proposer à chaque athlète d’avoir sa playlist personnalisée pour les concours.

Et ça fonctionne plutôt bien : pour l’inauguration du nouveau tapis de perche et des poteaux « en compétition », ce ne sont pas moins de dix athlètes qui prennent part au concours, du jamais vu dans l’histoire de l’ACPA !

Enfin, la dernière épreuve approche à mesure que les coups de soleil apparaissent. Un 600m féminin, un 1000m masculin, synonymes à la fois de souffrance et de délivrance. Le goûter sera plus que mérité !

Le sprint et le demi-fond au rendez-vous

Précédemment, dans l’après-midi, les sprinteurs du groupe de Franck Grémillon avaient rejoint la piste pour chausser les pointes en vue d’un 60m. Trois courageux s’alignent même au départ d’un 400m : Cléa Joret, Elise Kervadec et Antoine Guéry sont heureux de concrétiser leurs grosses séances de l’hiver par une prise de chrono.

Enfin, les athlètes de demi-fond, entrainés par Loïc Besnard et Abdel Lahlali, ont pu choisir entre un 1000m ou un 3000m. C’est sur cette dernière distance que Robin Riot signe un excellent chrono de 8’50 », performance de niveau IR2. Il mesure l’importance d’avoir pu courir dans de telles conditions : « Top de revivre des sensations similaires aux compétitions ! Maintenant on retourner travailler pour la saison estivale!« 

Soulignons au passage la gentillesse et la disponibilité de nos juges Dominique Rongeard et Jean-Marc Paget venus prêter main forte pour les départs et les chronos.

Un combiné d’émotions

Au bout du compte, quelques très belles surprises, de nombreux records personnels (malheureusement non homologués) et une prise de repères essentiels pour la suite des entrainements.

Mais surtout pour tous, la joie d’avoir pu renouer avec l’ambiance de la compétition. Le bonheur d’avoir passé du temps ensemble autour d’une passion commune.
Anaïs Lardeux, cadette en épreuves combinées, met en avant le côté humain : « C’était un week-end qui nous a beaucoup rapprochés. Il nous a permis de savoir qu’on peut compter les uns sur les autres, même dans un esprit de compétition fort. »

Et quand les athlètes sont ravis, les coachs aussi ! A l’image de Samuel Jeannes qui conclut : « Weekend tellement parfait, je ne vais jamais m’en remettre! »

Résultats complets ECCLIQUEZ-ICI
Méga-Giga-Galactico-Universelle Galerie photo : CLIQUEZ-ICI

Hélène Cottreau